Le géant chinois en crise

crise chinoise

Le géant chinois en crise

Le 12 juin 2015, c’est le krach boursier chinois ? Mais quand cela a-t-il vraiment commencé ?
Au mois de novembre 2014, le gouvernement chinois décide de favoriser l’entrée en bourse de petits porteurs tout en levant une partie des restrictions sur l’investissement.
Pour diversifier leurs placements et surfer sur la vague haussière, les ménages redirigent alors vers les marchés financiers, soit leur épargne de l’immobilier, soit leurs produits risqués. Ainsi, le nombre des investisseurs et leur type s’est rapidement multiplié.

Mais surtout cet investissement massif s’est fait grâce à un fort endettement des ménages auxquels les banques n’hésitaient pas à prêter pour acheter leurs titres en bourse. C’est alors que s’est formée la « bulle » boursière chinoise.

crise chinoise
Au fil des mois, les valeurs boursières se sont éloignées des fondamentaux du tissu micro ou macro-économiques et la bulle boursière a explosé.
Tout semblait avoir le soutien du gouvernement et surtout être sous son contrôle et les investisseurs se sont fait surprendre.
Ce qu’il faut savoir, c’est que le gouvernement chinois est engagé dans un processus de changement structurel dans son modèle de croissance, par des réformes et surtout pour un financement plus diversifié de son économie, mais pour que cela puisse intervenir, il faut que les marchés financiers soient dignes de confiance.
En août, le gouvernement décide de dévaluer le Yuan, bien que prévisible cette décision a été interprétée sur le marché comme un signe de faiblesse et a mis le monde de la finance en alerte.
Les conséquences de cette instabilité font que les marchés boursiers tant en Europe comme aux Etats-Unis freinent des introductions en bourse.
De nombreux pays comme le Brésil, la Turquie, la Russie ont vu la valeur de leurs exportations chuter, l’effondrement de leur monnaie et une fuite de capitaux sans précédent.
Vu le niveau actuel d’endettement, les difficultés de certains secteurs de l’économie et le ralentissement de la croissance une nouvelle crise est à nouveau possible, mais cette fois-ci, elle ne sera pas boursière mais liée au ralentissement de l’économie ce qui est plus inquiétant pour l’économie mondiale.